Home Essais Fiat Essai Fiat Panda GNV
Une idée de l'avenir en bio
Par Philippe Lacroix
Le 15 janvier 2018
fiat-panda-gnv-1

Fiat fait le pari du gaz méthane comme une solution énergétique de l'avenir, économique, quasiment propre et intelligente. Une partie de sa gamme fonctionne avec ce carburant, telle la Panda tarifée à 14.190 €.

fiat-panda-gnv-2Paris – Le gaz naturel est le carburant fossile le plus écologique. Composé à 95 % de méthane, à moins de 4 % d'éthane et d'azote, ainsi qu'à 1 % de dioxyde de carbone et de propane, il provient de la transformation naturelle, pendant des millions d'années, de matières organiques. Sous le nom de GNV, pour Gaz Naturel pour Véhicules, il remplace avantageusement le pétrole, son utilisation permettant de réduire de 23 % les émissions de CO2 du moteur thermique. Mais le méthane peut se produire désormais par méthanisation industrielle grâce à des ressources multiples et variées, les déchets agricoles et les ordures ménagères étant les plus couramment utilisés. Appelé alors bioGNV, il est encore plus propre puisque la réduction de CO2 est de l'ordre de 80 %, celle des oxydes d'azote (NOx) de 52 %, et celle des particules fines de 93 %. En préconisant ce carburant, Fiat est sur une voie citoyenne.

Un réseau de distribution à construire

fiat-panda-gnv-3En effet, le constructeur italien a développé toute une gamme de véhicules bi-carburation ou fonctionnant uniquement au méthane pour les véhicules essentiellement utilitaires et industriels. Pour la simple raison que le réseau de distribution est confidentiel dans l'hexagone : 91 points d'avitaillement à l'heure actuelle, la plupart réalisés pour des entreprises de transports routiers ou urbains. 60 points de plus doivent voir le jour en 2018 pour arriver à 2.000 en 2030. Strasbourg est à citer en exemple, ayant converti sa flotte de bus au GNV. L'avantage du GNV n'est pas seulement écologique mais aussi économique. En effet, un moteur fonctionnant au GNV consomme un peu moins qu'un Diesel avec un prix du litre tournant autour de 1,10 € contre 1,40 € pour le gasoil. D'où le grand intérêt manifesté par de plus en plus d'entreprises. Le particulier peut aussi y voir son compte et la Fiat Panda unique en son genre en version GNV est une bonne solution, à condition d'habiter non loin de l'Allemagne déjà bien pourvue en stations GNV.

Une Panda écolo

fiat-panda-gnv-4

Extérieurement, rien ne différencie cette Panda GNV des autres Panda, si ce n'est le double orifice à l'ouverture de la trappe à carburant. Dans l'habitacle, un contacteur situé au dessus de la console vient juste s'ajouter pour basculer manuellement d'essence en gaz. Toutefois son utilisation n'est pas indispensable puisque tout est automatique. Le démarrage se fait sur l'essence et dès que le moteur monte en température, la carburant bascule en gaz, ce qui est logique puisque c'est l'esprit de la voiture. Si la réserve de GNV est épuisée, le passage à l'essence est immédiat ou inversement. Au tableau de bord, l'ordinateur donne le niveau des deux carburants. L'habitabilité est préservée, la Panda GNV étant bâtie à partir de la plateforme de la Panda 4x4 avec le réservoir de méthane placé sous le plancher à la place du système de transmission arrière. Le volume du coffre est à peine impacté et conserve une capacité de 200 litres.

Une autonomie de plus de 1.100 km

fiat-panda-gnv-5Sur la route, ou plutôt en ville son domaine de prédilection, la Panda GNV présente le même comportement que ses soeurs avec la même agilité et le même confort. Les performances sont semblables en notant juste une perte de 5 ch en mode gaz du petit 2 cylindres essence de 85 ch. En revanche, la consommation théorique en mode gaz est inférieure de plus de 2 litres. Le prix de l'essence à la pompe revenant en moyenne à 1,50 €, le bilan financier est presque divisé par deux. À noter qu'avec ses deux réservoirs, la voiture se permet une autonomie de plus de 1.100 km. Mais attention, la Panda GNV est facturée 2.000 € de plus que la même Panda sans le système de bi-carburation. Enfin, le Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Ile-de-France pense qu'en 2030, jusqu'à 30 % de la consommation de méthane pourrait être du bioGNV produit en France. C'est la perspective de création d'emplois, de rouler plus propre et sans risque en cas d'accident. Un espoir aussi réel d'alléger le déficit de la balance commerciale avec l'étranger en ralentissant l'importation de gaz depuis la Norvège, la Russie et l'Algérie.

 

J'ai apprécié

J'ai regretté

 

Le prix de revient du km

La consommation en GNV

La grande autonomie

Capacité du coffre peu pénalisé

Les performances inchangées

Considérée comme voiture propre

Le look toujours sympa

 

Le très faible réseau de distribution

Le prix de la voiture

Les derniers rapports trop longs

Un confort de suspension un peu dur

Pas de roue de secours

Fiche technique de la Fiat Panda GNV

Longueur : 3,65 m

Largeur : 1,64 m

Hauteur : 1,55 m

Empattement : 2,30 m

Poids : 1.005 kg

Coffre : 200 litres

Réservoir Essence / GNV : 35 litres / 12 litres

Moteur essence 2 cylindres en ligne

Cylindrée : 875 cm3

Puissance Ess / GNV : 85 ch / 80 ch à 5.500 tr/mn

Couple Ess / GNV : 145 Nm / 140 Nm à 2.500 tr/mn

Consommation mixte au 100 km : 4,5 litres / 3,1 litres

Autonomie max : 760 km / 387 km

Emission de CO2 : 106 g/km / 85 g/km

Transmission : traction

Boîte : mécanique à 6 rapports

Vitesse maxi : 170 km/h / 168 km/h

Accélération 0 à 100 km/h : 12'' / 12''8