Home Essais Toyota Essai Toyota Aygo
Esprit manga série X
Par Philippe Lacroix
Le 27 juin 2014
toyota-aygo-1

Comme ses cousines françaises, l'Aygo se refait une santé et s'offre une nouvelle parure après neuf ans de présence et de succès dans le créneau des petites urbaines, où Toyota était absent en Europe. Mais cette fois, les trois partenaires ont obtenu plus de liberté pour différencier leur design, et le constructeur nippon s'est montré particulièrement audacieux en faisant référence à la culture de la jeunesse japonaise affectionnant les formes franches et extraverties. Aussi, la 2ème génération de l'Aygo ne laisse personne indifférent, avec un grand choix de personnalisations, mais un seul moteur 3 cylindres essence de 69 ch sous son capot. Son tarif démarre à 10.350 €, avec le bonus.

toyota-aygo-2Rotterdam – La concurrence étant devenue plus nombreuse et donc plus sévère depuis l'apparition du trio Aygo-107-C1 en 2005, Toyota et PSA ont donc décidé de laisser libre cours à chacun de leur bureau de style pour que le clonage concerne seulement les parties structurelles et mécaniques. Ainsi, plus question d'hésiter entre trois calandres, et chacune des trois minis citadines présente une personnalité propre à leur marque ; mais celle de l'Aygo se veut carrément originale en créant une empreinte unique dans la gamme Toyota. En n'ayant en commun avec les 108 et C1 que le pare-brise et les portes avant, l'Aygo arbore une robe aux lignes acérées et inspirées des mangas, bandes dessinées japonaises. Une parfaite illustration avec la face avant marquée d'un grand X stylisé par un contraste de couleurs, dont les branches s'étendent des rétroviseurs extérieurs au bas des ailes en enchâssant des blocs optiques effilés.

Une différence qui ne laisse pas indifférent

toyota-aygo-3Au premier abord, on aime ou on déteste. En fait cela dépend pour beaucoup de l'harmonie des couleurs et au bout du compte, on finit par trouver une association de teintes sympa et apprécier le côté original de la nouvelle Aygo qui ne manque pas d'ego, c'est le moins que l'on puisse penser. L'arrière est tout aussi anguleux avec des grands feux encadrant le hayon, donnant à la voiture des hanches trapues. Quant au profil, il se caractérise par la ligne brisée de la vitre arrière, remontant très haut et semblant rejoindre le bout du toit, ce dernier présentant deux bossages pour améliorer la garde au toit des deux passagers arrière. Ceux-ci apprécieront davantage la carrosserie 5 portes (supplément de 400 €) que 3 portes pour l'accès à bord, mais l'espace restreint rappelle qu'il s'agit d'une petite citadine. Son coffre aussi, bien qu'il gagne 29 litres et malgré l'absence d'une roue de secours.

Équipement bien fourni à la demande

toyota-aygo-4

En revanche, l'habitacle est identique pour les trois cousines avec une planche de bord un peu plus étoffée que la version précédente. Elle comporte un bloc compteur, solidaire de la colonne de direction réglable en hauteur, constitué d'un grand tachymètre analogique avec au centre un écran LCD recevant l'ordinateur de bord. Les sièges sont relativement confortables mais manquent de longueur d'assise et celui du conducteur n'est réglable en hauteur qu'à partir du 2ème niveau de finition. C'est aussi à ce niveau que l'on dispose de la banquette arrière rabattable 50/50, de vitres électrique à l'avant, d'un système audio, du limiteur de vitesse, du verrouillage centralisé, de la climatisation manuelle et d'un compte-tours en forme de réglette qui mériterait un autre traitement, d'autant que le trois cylindres est assez bruyant au dessus de 4.000 tr/mn, même si un effort a été fait du côté de l'isolation.

Le plein de connectivité

toyota-aygo-5Cependant, Toyota, comme les cousins de PSA, attire l'attention de ses clients potentiels en présentant l'Aygo comme une ''voiture connectée'', avec son système multimédia x-touch. Son écran tactile couleur de 18 cm contrôle de nombreux dispositifs embarqués, tandis que la technologie MirrorLink permet de répliquer et de commander son smartphone via l'écran sur la console centrale, afin qu'elle participe au mode de vie actif et hyper-connecté d'aujourd'hui. Pour les adeptes de la communication, les dingues du tweet et les champions des textos, c'est l'idéal. C'est aussi une manière d'obtenir un système de guidage à bon marché... mais à l'efficacité relative. Toutefois, ce système est prévu en accessoire pour seulement 350 €, moitié moins que chez ses cousines ! Dès le modèle de base, l'Aygo possède l'aide au démarrage en côte et la surveillance de la pression des pneus. Système de démarrage sans clé et radar de recul sont prévus dans le haut de gamme.

Un 3 cylindres essence de 69 ch

toyota-aygo-6Sur le plan motorisation, pas d'innovation marquante et sous son capot, l'Aygo ne retient plus que le 3 cylindres essence de 998 cm3 développant 69 ch, déjà en service sur la première génération. C'est bien assez pour une carrière uniquement urbaine, d'autant qu'il a été remanié pour donner de meilleurs résultats sur le plan de la consommation, en étant doté d'un système stop-start, d'où le petit bonus de 150 € pour un CO2 évalué à 88 g/km et une consommation moyenne à 3,8 litres. Pour en arriver là, les derniers rapports ont encore été allongés, et cela donne les vitesses théoriques de 50, 90, 135, 170 et 207 km/h à 6.000 tr/mn, alors que la vitesse de pointe est annoncée à 160 km/h. Inutile de dire que sur la route, ce n'est pas trop la joie, car souvent on doit tirer sur les rapports inférieurs et plus moyen d'écouter radio nostalgie. Vaut mieux aller sur skyrock !

Une vraie citadine

toyota-aygo-7Une boîte robotisée avec palettes au volant fait partie des options, pour 700 € (50 € de plus que chez PSA!), idéale pour la ville et calmer les nerveux, mais sur la route cela n'arrange pas le plaisir de conduire avec une accélération de 0 à 100 qui passe de 14''3 à 15''5 et une consommation et un CO2 en augmentation, coupant court au bonus. Cependant, l'Aygo progresse dans son comportement routier et elle le doit à une caisse allégée de 12 kg et plus rigide, une suspension revue avec des barres anti-roulis plus conséquentes pour améliorer la tenue de route et un Cx abaissé de 0,30 à 0,28. On peut ajouter que l'Aygo freine bien, disques à l'avant et tambours à l'arrière, et que sa direction est douce et précise avec un rayon de braquage de 4,8 m bien pratique en ville. Enfin, comme toutes les Toyota, la nouvelle Aygo est garantie 3 ans ou 100.000 km... C'est mieux que 2 ans !

 

J'ai apprécié

J'ai regretté

 

Le style très original

Les nombreuses personnalisations

Son caractère urbain

Son rayon de braquage

Le Stop-Start de série

La consommation

La tenue de route

L'écran tactile connecté avec smartphone

 

 

Le bruit des 3 cylindres

Le manque de couple

L'étagement des rapport de boîte

L'assise des sièges trop courte

La connectivité parfois capricieuse

Les vitres arrière à ouverture par compas

Pas de roue de secours

 

 

La fiche technique de la Toyota Aygo

Longueur : 3,45 m

Largeur : 1,61 m

Hauteur : 1,46 m

Empattement : 2,34 m

Poids : 915 kg à 935 kg

Coffre : 196 litres à 780 litres

Réservoir : 35 litres

Moteurs : Essence 3 cylindres

- Cylindrée : 998 cm3

Puissance : 69 ch

Couple : 95 Nm à 4.300 tr/mn

Transmissions : BM5 / Robotisée5

Vitesse maxi : 160 km/h

Accélération 0 à 100 km/h : 14''3 / 15''5

Consommation mixte : 3,8 litres / 4,2 litres

Émission de CO2 : 88 g/km / 97 g/km