Home Essais Renault Essai Renault Espace
Un nouveau monde
Par Philippe Lacroix
Le 13 avril 2015
renault-espace-1

L'alchimie entre monospace et SUV se révèle toujours délicate, à l'instar de la formule de la quadrature du cercle qui demeure toujours en suspens, mais c'est l'objectif que s'est fixé Renault en donnant naissance à la 5ème génération de son Espace. L'avenir dira s'il a réussi son pari de concilier les clientèles familiale et sportive, mais quoiqu'il en soit son esthétique apparaît séduisante. Son tarif démarre à 34.200 €.

renault-espace-2Nîmes – Apparu en 1984, le Renault Espace a été l'une des meilleures idées du siècle, même si le Chrysler Voyager l'avait précédé d'un an dans le monde du monospace. Entre les deux, il y avait aussi l'Atlantique et la vue du vieux continent ne portait pas aussi loin, mais surtout l'Espace montrait un look très affûté et un caractère explosif, que n'avait pas le Voyager, qui lui permettaient de faire jeu égal sur la route avec la Golf GTi de l'époque. De quoi se forger une image incroyable sur laquelle Renault continue de surfer et l'Espace reste la référence du véhicule familial ayant réussi le compromis entre praticité et performance. La venue de la 5ème génération y ajoute le côté technologique et branché, sans quoi une voiture moderne n'a plus le moindre intérêt auprès des jeunes ! Toutefois, la notion de monospace s'efface devant celle de SUV.

Plus de design, moins de volume intérieur

renault-espace-3Extérieurement, le nouvel Espace propose une carrosserie musclée, évoquant la robustesse et le dynamisme avec des passages de roues prononcés, et marquant une vraie rupture de style avec les générations précédentes. En effet, le design n'a plus rien à voir avec l'allure camionnette pour se rapprocher du format SUV en pleine euphorie sur le marché automobile. Si par rapport au Grand Espace 4 la longueur de 4,86 m ne varie pas, les autres mensurations sont profondément bouleversées. Ainsi, la largeur gagne 3 cm, l'empattement 1,6 cm, mais la hauteur perd 7 cm, tandis que la garde au sol de 16 cm est surélevée de 4 cm. Cela implique aussi une perte sensible en terme de capacité de chargement qui se réduit de 2,8 m3 à 2,1 m3, d'autant que les sièges ne s'enlèvent plus mais s'escamotent, ce qui est un progrès, mais plus possible d'y enfourner des vélos d'adultes.

Un dessin subtil, un losange en trop !

renault-espace-4

Les groupes optiques, ciselés avec soin, adoptent une technologie Led et une signature lumineuse diurne en forme de C du plus bel effet que l'on retrouve également dans les très originaux feux arrière qui encadrent la vitre du hayon et reviennent sur les ailes au dessus de la ligne de caisse. Mais encore une fois, les dirigeants de Renault ont imposé un losange disproportionné dans la calandre comme pour affirmer l'identité de la marque du plus loin possible, à la manière des utilitaires. Le nouvel Espace offre suffisamment de personnalité pour s'éviter pareil logo ostentatoire qui défigure sa face avant. Autre curiosité, à l'arrière, le nom « Espace » fixé au centre du hayon, à ouverture motorisée, laisse la place sur la version haut de gamme, à son appellation, à savoir « Initiale ». Un caprice du service marketing pour valoriser le propriétaire qui aurait fait un chèque minimum de 44.800 €.

Lumière et modularité

renault-espace-5L'habitacle de cette génération d'Espace s'est inspiré de l'univers de l'aéronautique, notamment dans le dessin du tableau de bord où le numérique prédomine avec un affichage tête haute et une tablette à commandes digitales surmontant la console centrale où trône un levier de vitesse de boîte automatique type aviation. Qui dit espace dit aussi clarté, et le pare-brise panoramique prolongé par un toit en verre au dessus des sièges du premier rang attire un maximum de lumière. Et de nuit, l'intérieur bénéficie d'une ambiance lumineuse colorée, vivante et personnalisable. La 2ème rangée est constituée de trois sièges indépendants, coulissants et escamotables dans le plancher. En option pour 1.500 €, deux sièges surtout destinés à des enfants s'escamotent également dans le plancher du coffre. L'escamotage est d'autant plus aisé et rapide qu'il se fait électriquement et de plusieurs endroits.

Du 130 ch Diesel au 200 ch essence

renault-espace-6Sous son capot, le nouvel Espace accueille seulement trois motorisations, tous des 4 cylindres de 1,6 litre, ce qui semble d'ailleurs suffisant. Pour autant, la gamme se singularise par une entrée de gamme constituée par un Diesel de 130 ch et le haut de gamme par un essence de 200 ch (un malus de seulement 250 €), avec au milieu un Diesel de 160 ch. En général, le début de gamme se matérialise par un « petit » moteur essence dans le but d'obtenir un prix d'attaque accrocheur. À l'heure où un retournement de tendance en faveur du carburant le moins nocif se fait sentir, il est curieux que Renault n'ait pas anticipé ce fait en prévoyant aussi un 130 ch essence. Le Diesel 130 ch est accouplé à une boîte mécanique à 6 rapports, alors que les moteurs plus puissants bénéficient en série de la boîte automatique à double embrayage, à 6 rapports pour le Diesel et 7 rapports pour l'essence.

Mode d'emploi obligatoire !

renault-espace-7Premier sentiment qui vient à l'esprit quand on s'installe derrière le volant c'est le confort, et les sièges anatomiques y contribuent largement. Ensuite, la tablette centrale incite à programmer le voyage en activant les aides à la conduite et la fonction massage des sièges chauffants, en branchant son portable, en choisissant sa musique et l'ambiance lumineuse, en inscrivant sa destination GPS, et mille choses encore à pianoter et à régler qui feront le bonheur des enfants et la confusion des anciens. Heureusement, les commandes de ventilation restent classiques et un bouton sur la console permet d'afficher directement sur l'écran le choix entre cinq lois d'amortissement, de direction, de réponse moteur et passages de vitesses. Mais en fait, deux lois pourraient suffire, par exemple confort et sport aux tempérament bien différents. Sur le haut de gamme, l'Espace bénéficie d'un système de 4 roues directrices qui favorise son agilité en ville et sa tenue de route en virage. Quant à la boîte auto assez réactive, on peut regretter que le mode automatique prenne trop vite le pas sur le mode manuel; sa grille est à revoir. Sur la route, on remarque vite une insonorisation bien traitée et des motorisations qui font oublier les 1.650 kg du nouvel Espace, moins lourd de 250 kg par rapport au Grand Espace précédent. Mais il n'y a pas eu loisir de voir ou d'essayer l'Espace en 130 ch Diesel.

 

J'ai apprécié

J'ai regretté

 

Un style assez réussi

La qualité de finition

L'aménagement intérieur

La modularité aisée

Le confort général

Les prestations routières

 

Un volume de coffre moins important

Le gros losange dans la calandre

La gestion de la boîte automatique

La compréhension de la tablette

La roue de secours en option 120 €

Pas de moteur essence de 130 ch

La fiche technique du Renault Espace 5

Longueur : 4,86 m

Largeur : 1,89 m

Hauteur : 1,68 m

Empattement : 2,88 m

Volume du coffre : 685 à 2.100 dm3

Réservoir : 48 litres

Poids : 1.609 à 1.659 kg

- Moteur : essence 4 cylindres

Cylindrée : 1.618 cm3

Puissance : 200 ch

Couple : 260 Nm

Boîte : automatique à 7 rapports

Transmission : roues avant

Vitesse : 211 km/h

Accélération : 0 à 100 km/h en 8''6

Consommation mixte : 6,2 litres

Émission de CO2 : 140 g/km

- Moteur : Diesel 4 cylindres

Cylindrée : 1.598 cm3

Puissance : 160 ch

Couple : 380 Nm

Boîte : automatique à 6 rapports

Vitesse : 202 km/h

Accélération : 0 à 100 km/h en 9''9

Consommation mixte en litres: 4,6

Émission de CO2 en g/km : 120

- Moteur : Diesel 4 cylindres

Cylindrée : 1.598 cm3

Puissance : 130 ch

Couple : 320 Nm

Boîte : mécanique à 6 rapports

Vitesse : 191 km/h

Accélération : 0 à 100 km/h en 10''7

Consommation mixte : 4,4 litres

Émission de CO2 : 116 g/km