Home Essais Mazda Essai Mazda CX-5
Le SUV qui se pose en référence 
Par Philippe Lacroix
Le 4 juin 2012
Mazda CX-5 : le SUV qui se pose en référence

La mode des SUV bat son plein, le véhicule synthèse entre 4x4 et berline séduit un nombreux public qui voit en lui un certain aboutissement de l'automobile. Mazda avec son grand CX-7 n'était pas complètement à la fête, mais le constructeur japonais vient de réagir de belle façon en proposant le CX-5 plus compact. Dernier arrivé sur le marché des SUV, il se présente comme le plus abouti et le plus séduisant par ses performances et son design. Son tarif démarre à 24.890 €.

Toulouse – Si au départ le SUV était considéré comme une niche pour constructeurs spécialisés, son succès a vite incité beaucoup d'autres à en proposer dans leur gamme, tel Mazda avec son CX-7. Un succès qui s'est surtout amplifié avec l'arrivée de SUV plus compacts, prenant souvent le nom de Crossover, pour s'intégrer plus aisément au paysage urbain. Si le constructeur d'Hiroshima a pris son temps pour réagir, il a aujourd'hui l'avantage de fournir un produit parfaitement bien élaboré alignant un maximum de qualités avec la prétention d'être le meilleur, qu'il justifie par le fait d'être parti d'une feuille blanche pour élaborer un véhicule spécifique. Autrement dit, tout est neuf du sol au plafond, la plate-forme, la caisse, les trains roulants et même une boîte automatique qui fait son apparition pour la circonstance. En fait, la solution pour construire une voiture moderne, la plus légère possible parce que le poids est l'ennemi de la consommation, tout en améliorant la rigidité de l'ensemble et la sécurité. Ainsi, sur la balance, le CX-5 de base n'accuse que 1.345 kg.

 

Une esthétique soignée

Mazda CX-5 : le SUV qui se pose en référenceParallèlement, Mazda a aussi privilégié le style qui est la raison première d'un achat coup de cœur. Un argument déterminant face à une concurrence pléthorique et agressive. Là encore, le CX-5 se montre à son avantage en arborant une robe aux contours parfaitement ciselés, affichant fièrement une calandre rappelant la nouvelle signature de la marque encadrée par des blocs optiques qui s'étirent sur des ailes particulièrement musclées. Du sur mesure donnant un équilibre impeccable des volumes.

Avec une longueur de 4,55 m sur un empattement de 2,70 m, il est plus court de 15 cm par rapport à son grand frère le CX-7, mais il est plus long de 12 cm par rapport au VW Tiguan qu'il a dans son viseur. De quoi accueillir cinq passagers dans les meilleures conditions pour que chacun dispose d'espace suffisant et un maximum de bagages grâce à un coffre bien carré de 503 litres, contenant un kit de réparation, pouvant monter jusqu'à 1.620 litres par le jeu des trois sièges arrière indépendants et rabattables aisément 40/20/40.

La planche de bord est fidèle à ce que réalise habituellement Mazda, fonctionnelle, soignée et habillée de plastique moussé, un peu austère comme le reste de l'habitacle traité en noir. La sellerie en cuir beige apporte une note plus gaie... mais elle n'est proposée que sur le haut de gamme.

 

150 à 175 ch et une excellente boîte auto

Mazda CX-5 : le SUV qui se pose en référenceSous son capot, Mazda a fait un choix rationnel en proposant un seul bloc essence 2 litres de 165 ch et un Diesel 2,2 litres conjugués en 150 ou 175 ch, les trois motorisations, toutes aux normes Euro 6, étant accouplées à une boîte mécanique à 6 rapports ou en option à 2.000 € à une nouvelle boîte automatique à 6 rapports, à convertisseur de couple, mais à prise directe ayant l'avantage d'éviter tout glissement et donc toute perte de puissance. En fait, le passage des vitesses est instantané à la manière d'une boîte à double embrayage et offre l'avantage de plus de sobriété.

Bien entendu, le CX-5 est logiquement décliné en transmission intégrale, mais aussi en traction puisque pour beaucoup la stature est la motivation d'achat plus que la notion de passe-partout. Il a aussi l'avantage d'être plus léger, donc plus agile et de consommer près d'un litre en moins. Enfin, c'est aussi une économie de 1.800 € à l'achat.

Toutefois, en version 4 roues motrices, le Mazda CX-5 donne sa pleine mesure sur les surfaces accidentées et glissantes qu'il aborde en toute sécurité. En temps normal, 100% du couple est transmis sur les roues avant, mais à la moindre difficulté l'électronique envoie la puissance jusqu'à 50% sur le train arrière.

 

Un équipement très généreux

Mazda CX-5 : le SUV qui se pose en référence

Au volant du CX-5, on adopte vite une bonne position de conduite grâce au volant ajustable en hauteur et profondeur et aux nombreux réglages, électriques selon la finition, du siège conducteur. La vision est bonne et on apprécie les nombreux équipements tels le grand écran tactile en couleur central servant à la navigation (une option à 500 €) et à l'image de la caméra de recul, un système audio de qualité avec commandes au volant et la climatisation automatique qui demeure en fonction même en cas de coupure du moteur par le système i-stop de série sur tous les modèles.

Sur le plan sécurité, le CX-5 est aussi bien pourvu avec en série le contrôle électronique de stabilité, l'antipatinage, l'aide au démarrage en côte, l'ordinateur de bord avec alarme de vitesse et le système de surveillance de la pression des pneus, mais aussi le freinage automatique afin d'éviter les collisions frontales ou d'en réduire la gravité, jusqu'à une vitesse de 30 km/h.

Enfin, le démarrage sans clé se révèle toujours très pratique.

 

Agile et performant

Mazda CX-5 : le SUV qui se pose en référenceSur la route, la première impression que donne le CX-5 animé par le Diesel de 175 ch, disponible uniquement en transmission intégrale, c'est le brio de la mécanique et son agilité dans les enchaînement de virages, bien épaulée par l'agrément de la boîte automatique qui se révèle très performante et surtout tellement confortable quand on aborde des chemins de terre avec des passages en pente délicats. L'électronique se charge de tout sans avoir à gérer une pédale d'embrayage. C'est aussi la conséquence bénéfique du poids réduit de la caisse (1.540 kg), de son bon équilibre général et de suspensions bien charpentées, confiées à des éléments MacPherson à l'avant et des biellettes multiples à l'arrière. À considérer également une direction à assistance électrique précise qui réagit en condition de la vitesse. Une vitesse annoncée à 204 km/h avec un 0 à 100 effectué en 9''4 pour une consommation moyenne théoriques de 5,5 litres. À titre d'exemple, le 150 ch en 4x2 et boîte mécanique (1.445 kg) affiche 202 km/h, 9''2 et 4,6 litres. En pratique, il faut compter au moins sur un bon litre supplémentaire en consommation, ce qui demeure déjà très bien.

 

J'ai apprécié J'ai regretté

Le style

La vivacité des mécaniques

L'agilité de la voiture

La boîte automatique

L'équipement

L'aménagement intérieur

La qualité de finition

L'austérité de l'habitacle

Pas de roue de secours


Fiche technique

Longueur : 4,55 m

Largeur : 1,84 m

Hauteur : 1,77 m

Empattement : 2,70 m

Poids : de 1.345 kg à 1.540 kg

Coffre : de 503 à 1.620 litres

Réservoir : 56/58 litres 4x2/4x4