Home Essais Lancia Essai Lancia Voyager
Transformiste et... transgénique
Lancia Voyager : transformiste et...transgénique

Lancia à bout de souffle se devait de remplacer son monospace Phedra. L'arrivée de Chrysler dans le giron de Fiat lui a créé l'opportunité de renouveler une gamme moribonde en collant un écusson Lancia sur les calandres des voitures américaines. D'où la naissance entre autres du Voyager animé par un diesel de 163 ch ou un V6 essence de 283 ch au tarif unique de 41.900 €.

Montpellier – Véritable icône des monospaces avec 27 ans d'existence et plus de treize millions d'unités vendues dans 120 pays du monde, ce modèle américain rencontre aujourd'hui le style italien et se transforme en un monovolume exclusif haut de gamme, où l'expertise Chrysler en termes de voyage s'allie à celle de Lancia pour le goût du « Made in Italy ». C'est ainsi que naît le Lancia Voyager, le Voyager le plus chic de tous les temps.

Extérieurement, le Lancia Voyager est l'exact clone du cousin américain et seul le logo de la marque change, dans le haut de la calandre, enchâsse dans une baguette plus largement chromée. Les jupes avant et arrière marquent également leurs différences.

Long de 5,22 m, large de 2 m et haut de 1,75 m sur un empattement 3,07 m, les dimensions importantes du Voyager trouvent leurs justifications dans l'habitacle susceptible d'accueillir 7 passagers. Ses portes arrière coulissantes se manoeuvrent électriquement comme l'ouverture du hayon.


Un confort maximum

Lancia Voyager : transformiste et...transgéniqueL'espace intérieur est aménagé comme un véritable salon afin d'assurer un confort qui fera de tous les voyages un moment de bien-être. Les deux épais fauteuils avant, chauffants, avec accoudoirs en sont la preuve comme les deux autres fauteuils individuels de la 2ème rangée, chauffants également. En revanche, la 3ème rangée est composée d'une banquette plus mince et donc moins moelleuse où trois personnes peuvent prendre place. Ou plutôt trois enfants.

Le poste de conduite, très rationnel et très complet, se présente dans une ambiance bi-ton de gris. Le levier de commandes de la boîte à vitesses automatiques positionné sur le tableau de bord rappelle l'atmosphère américaine. Avec des sièges avant réglables électriquement dans toutes les dimensions, un volant en cuir et chauffant réglable en hauteur et un pédalier réglable électriquement en profondeur, le conducteur a toutes les commodités pour bien s'installer.

Le cuir habille les sièges entre autres, tandis qu'un éclairage intérieur donne une impression très « cosy » grâce notamment à une lumière diffuse vert/bleuté le long de la console de pavillon.

 

Des sièges escamotables dans le plancher

Lancia Voyager : transformiste et...transgéniqueLe Voyager dispose bien entendu du système de sièges escamotables qui se rangent dans le plancher offrant une zone de chargement incroyable. Il peut passer de 7 places à 2 en moins de 30 secondes. Ainsi, le volume du coffre varie de 638 litres, auquel il faut ajouter un aménagement de 118 litres sous les sièges du 2ème rang, à 1.936 litres en mode 4 places. Tous sièges rabattus, l'espace de chargement culmine à... 3.296 litres!! Pour autant la roue de secours, logée sous le plancher au niveau des passagers avant, n'est que galette.

L'espace spacieux dédié à chacun est propice à regarder un film, et justement un nouveau système double DVD, capable de lire plus de 3 sources audio/vidéo simultanément, permet aux passagers des 2ème et 3ème rangées de visionner des programmes différents.

Pour plus de confort on note entre autres la climatisation à régulation automatique 3 zones, les vitres électriques pour la 2ème rangée de sièges, une lampe torche amovible et rechargeable, des portes et hayons électriques avec une cinématique rapide et silencieuse. Pour faciliter la navigation le Voyager peut disposer d'un GPS avec écran tactile et commande vocale, couplé à une caméra de recul, toujours pratique.

 
Un diesel de 163 ch avec une boîte auto à 6 rapports

Lancia Voyager : transformiste et...transgéniquePour l'Europe, Lancia commercialise le Voyager avec deux motorisations, dont bien évidemment un turbodiesel qui représentera l'essentiel des ventes sur le Vieux continent. Il s'agit d'un 4 cylindres de 2.8 litres d'une puissance de 163 ch à 3.800 tr/min et 360 Nm de couple à 1.800 tr/min. Ce moteur est associé à une toute nouvelle boîte automatique 6 vitesses assez réactive, sans prétendre cependant rivaliser avec un système à double embrayage.

Au niveau consommation, le Voyageur se montre raisonnable sur la route et malgré ses 2.100 kg à vide, il avoisine les 8 litres à condition d'adopter une conduite souple. En ville, il faut compter près de 13 litres, mais sa vocation n'a rien d'urbaine. Ses émission CO2 de 207 g/km lui impose un malus de 1.600 €. Ses performances sont honnêtes avec une vitesse de pointe de 185 km/h et un 0 à 100 km/h obtenu en 11''9. Mais pour celui qui souhaite retrouver l'ambiance américaine avec la puissance tranquille qui va avec, rien de tel que le V6 essence de 3,6 litres offrant 283 ch et 344 Nm, accouplé à une boîte automatique à 6 rapports, affichant des performances plus dynamiques, 208 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h en 8''5. Certes la consommation s'en ressent et les 252 g/km de CO2 le met dans la case du maxi malus à 2.600 €.

 

Un confort exceptionnel

Lancia Voyager : transformiste et...transgéniqueLe Voyager se conduit facilement et fait vite oublier son encombrement. La boîte automatique est parfaitement adaptée à l'esprit du véhicule qui symbolise le voyage et la détente en famille. La puissance du moteur diesel est suffisante puisqu'il n'est pas question de performances. Il ronronne sans agressivité, étouffé par une insonorisation bien traitée au niveau du compartiment moteur, une moquette bien épaisse contribuant à la réduction des bruits de roulage.

Sur le plan freinage il présente les systèmes habituels d'anti-blocage accompagné du freinage d'urgence. Un ESP veille sur le comportement dynamique et un contrôle de traction empêche le patinage des roues avant. On note encore un système de gestion de la pression des pneus, un déverrouillage des portes après déclenchement d'un airbag, un capteur déployant les airbags en cas de retournement et une entrée à distance sans clé.

Enfin, le Voyager n'est pas seulement attrayant sur le plan de l'espace habitable, de la modularité, du confort et de l'équipement pléthorique, il affiche également un tarif attractif unique à 41.900 € pour les deux motorisations.

Philippe Lacroix

 

Les + Les -

L'espace et l'ambiance intérieure

La modularité ingénieuse

L'équipement généreux

La capacité du coffre et les rangements

Le confort général

La mécanique bien adaptée

Les portes coulissantes électriques

Le hayon à ouverture électrique

Une ligne peu originale

Les derniers rapports de vitesses trop longs

La 3ème rangée de sièges moins confortable

La roue de secours galette