Home Essais Mercedes Essai Mercedes Classe C 250 CDI 4Matic
Transmission et sécurité permanentes
Mercedes Classe C 250 CDI 4Matic : transmission et sécurité permanentes

La transmission intégrale permanente Mercedes, baptisée 4Matic, est appréciée sur ses modèles SUV, mais elle peut équiper également la plupart des berlines et des breaks de la marque à l'étoile à trois branches. La Classe C est la dernière à avoir bénéficié de cette technologie. Une option à 5.000 € qui met la voiture aux alentours de 45.000 € en prix de base.

Isola 2000 – Mercedes n'est pas connu pour avoir vocation à proposer des berlines à transmission intégrale, comme Audi. Et pourtant, le constructeur allemand propose 44 modèles disposant de la fameuse transmission 4Matic dont les Classe S, E et C. Pour l'heure, seuls les monospaces Classe A et B ne disposent pas de versions 4 roues motrices. Autrement dit, la Classe C accueille la plus petite des berlines Mercedes 4x4, et la moins chère est animée par le 4 cylindres 2,2 litres Diesel turbocompressé décliné en 204 ch pour 500 Nm, et baptisée 250 CDI 4Matic ! Un véhicule idéal pour circuler sur des routes glissantes ou enneigées et emmener sa petite famille aux sports d'hiver dans un maximum de confort. Effectivement, la Mercedes 250 CDI fonctionne dans une ambiance ouatée et souple laissant croire à une motorisation 6 cylindres. Mais la version 4Matic apporte un plus indéniable dès que l'on aborde les virages d'un col de montagne et certaines zones traîtresses à l'ombre où une fine couche de neige se transforme vite en verglas.

Une transmission intégrale permanente

Mercedes Classe C 250 CDI 4Matic : transmission et sécurité permanentesEn effet, là où une deux roues motrices, une propulsion en l'occurrence lorsqu'il s'agit d'une Mercedes berline ou break, se laisserait embarquer ou se verrait stopper dans son élan, la 250 4Matic combat ces inconvénients avec aisance et sans que le conducteur ressente un changement de comportement de sa voiture. Il le doit à la transmission qui envoie en permanence 55% du couple sur l'essieu arrière et 45% sur l'essieu avant. Cette transmission est constituée d'une boîte de transfert à réduction simple doté d'un différentiel central à train planétaire qui sert à compenser les différentes vitesses de rotation entre les essieux. Cependant, un embrayage multidisque permet de générer si nécessaire une légère variation de couple de 50 Nm maximale entre les essieux avant et arrière. Le système 4Matic fonctionne de concert avec les dispositifs électroniques d'aide à la motricité et de stabilisation de trajectoire.

.

Une boîte automatique à 7 rapports

Mercedes Classe C 250 CDI 4Matic : transmission et sécurité permanentes

La meilleure démonstration de l'efficacité du système 4Matic préconisé par Mercedes a été faite sur le circuit de glace d'Isola 2000. Malgré le peu d'adhérence et seulement chaussée de pneus « hiver », la 250 CDI a pu évoluer sans problème majeur, à vitesse réduite bien sûr, sauf quand elle était entre les mains de Yannick Dalmas, l'ex-pilote de F1 et quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans. Bien sûr, la voiture amorce des glissades, mais en faisant confiance aux désormais traditionnelles aides électroniques à la conduite, la voiture finit par obéir à son conducteur. En débranchant ces aides, la conduite devient certes plus « fun », mais on perçoit vite les difficultés à conserver une trajectoire convenable. Pour autant, la 250 CDI 4Matic offre toujours une solution pour se mouvoir quoiqu'il arrive. Une solution qui coûte malgré tout aux alentours de 5.000 €. Les options ne sont jamais données chez Mercedes.

À noter que les Classe E et S 4Matic ont montré une même aisance à se mouvoir sur piste gelée, malgré un poids et un encombrement plus importants.

La seule ombre au tableau concerne le sigle 4Matic qui fait plus penser à une boîte automatique à 4 rapports qu'à une transmission 4x4. Dommage, d'autant que le moteur est associé à une remarquable boîte automatique à 7 rapports !

 

Philippe Lacroix