Home Essais Volkswagen Essai Volkswagen Golf 7
L'éternelle référence
Par Philippe Lacroix
Le 26 octobre 2012
volkswagen-golf-1

Quand Volkswagen s'est mis au Golf en 1974, il n'aurait jamais imaginé que la partie allait traverser les siècles avec un billet « no limit » qui lui offre à intervalles réguliers des « game over » et la certitude de casser la baraque sans jamais faire « tilt ». Voilà donc la Golf génération 7, toujours la même, toujours différente, une même allure mais modifiée en profondeur pour confirmer son statut de référence dans la catégorie des berlines compactes. Plus habitable, plus légère, embarquant plus de technologies mais toujours le même tarif de base qui débute à 17.790 €. L'affaire devient encore meilleure.

Porto Cervo – Entre chaque génération de Golf, le temps se resserre. La première avait tenue 9 ans, la deuxième 8 ans, les deux suivantes 6 ans, puis la 5ème génération 5 ans, et enfin la dernière n'aura vécu que 4 ans. Il est vrai que son évolution n'apparaissait pas fondamentale. Mais c'est aussi le propre de la Golf de grandir en gardant un air de famille très marqué. Grandir en maturité évidemment, mais aussi grandir en taille. Et si la Golf qui nous quitte a été la seule à piétiner en la matière, celle qui arrive mesure 4,255 m soit une rallonge de 55 mm. On est loin des 3,82 m de la première mouture qui a lancé le phénomène Golf. Mais il faut évoluer avec son temps pour en donner toujours plus. Et dans ce domaine, la Golf 7 n'est pas avare. Un style plus élaboré, plus d'espace et de confort pour les passagers, plus d'équipements, plus de sécurité, plus de performances qui passent obligatoirement par la case « moins » concernant son poids, sa consommation et sa pollution. Elle se veut la berline moyenne idéale ou la référence de sa catégorie, celle à qui tous les autres constructeurs se comparent.

 

Comme une Golf... en mieux

volkswagen-golf-2Extérieurement, et à première vue, la nouvelle Golf ressemble donc à l'ancienne Golf, et même à la précédente. Toutefois, sa face avant se démarque avec l'adoption de l'étroite calandre reliant les blocs optiques qui s'étirent sur les ailes. Un dessin repris par toutes les Volkswagen et la ressemblance en taille réduite avec la Polo est frappante. L'arrière montre des feux toujours en largeur mais plus travaillés dans leur forme, tandis que de profil on retrouve les même lignes de custode et de vitrage qui sont la signature stylistique de la Golf. Cependant, en regardant de plus près, force est de constater que les modélistes ne sont pas restés inactifs et que la peau de la Golf génération 7 est particulièrement soignée avec des traits subtils et des nervures au niveau du toit, des portes et du hayon. Des rides qui la rajeunissent en quelque sorte. Le soin du détail est ainsi poussé à l'extrême ce qui rend la voiture si attirante bien qu'elle ne soit pas innovante. Ainsi, on constate des surfaces entièrement remodelées ; alors que les ailes étaient plus élevées que le capot moteur sur la Golf 6, c'est désormais le contraire.

.

Plus d'attention dans les détails

volkswagen-golf-3De plus, un œil exercé remarque également que des proportions ont changé, tout simplement parce que la plateforme est nouvelle et a permis d'avancer le train avant de 43 mm. Du coup, le porte-à-faux avant est plus court et le capot semble plus long. Au bout du compte, l'empattement a augmenté de 59 mm profitant à un meilleur centre de gravité, d'autant que la nouvelle Golf est plus basse de 28 mm, mais il bénéficie aussi à l'habitabilité et les jambes des passagers arrière notamment sont mieux traitées.

Le poste de conduite offre aussi plus d'espace qui sera apprécié par les personnes de grande taille, avec une ergonomie améliorée, notamment au niveau des sièges. La planche de bord est désormais revêtue d'un matériau synthétique d'un meilleur aspect et agréable au toucher. Toujours très rationnel, il évolue dans son design avec une visière qui vient maintenant chapeauter la console centrale. Dommage que l'écran couleur qui reçoit le GPS demeure en son centre et n'ait pas été ajusté plus en hauteur pour en améliorer la vision. En revanche, le conducteur appréciera la position du levier de vitesse rehaussée de 2 cm pour que le pommeau tombe mieux sous sa main.

 

Réduction drastique de la consommation

volkswagen-golf-4

En abordant le chapitre des motorisations de la Golf de 7ème génération, VW précise à nouveau que tout a été repensé en profondeur et que rien n'est semblable à ce qui se faisait sur la version précédente, si ce n'est les boîtes à double embrayage 6 ou 7 rapports. Ainsi, aucun des blocs existants n'a été repris à l'identique, et tous sont équipées d'un système Start-Stop et du mode récupération d'énergie.

Un sélecteur de profil de conduite est également proposé afin de permettre de mieux exploiter la voiture en fonction de ses besoins. Par exemple, le mode Eco régit la gestion moteur et la climatisation afin d'optimiser la consommation. D'autre part, dans ce mode, les Golf dotées d'une boîte DSG disposent d'une roue libre lorsque le conducteur relâche la pédale d'accélérateur à l'approche d'un feu ou dans une pente légère.

Enfin, pour la première fois, une Golf bénéficie d'un système de désactivation des cylindres installé sur le 1,4 litre essence de 140 ch. Deux des 4 cylindres se coupent à moyenne charge.

Avec l'ajout de tous ces systèmes, le gain en sobriété peut dépasser 20% par rapport à la Golf 6.

 

Essence ou Diesel de 85 à 150 ch

volkswagen-golf-5Les moteurs essence sont tous des TSI suralimentés à injection directe et 16 soupapes. Il s'agit d'un 1,2 litre décliné en 85 et 105 ch, et du 1,4 litre de 140 ch. La consommation de ce dernier est annoncée à 4,7 litres, soit 1,5 litre de moins que sa version précédente qui ne disposait que de 122 ch. Les 105 et 140 ch peuvent être associés à la DSG7.

Du côté des moteurs diesels, 16 soupapes à injection directe et suralimentés, on trouve un 1,6 litre de 105 ch qui peut être accouplé à une DSG7 et un 2 litres de 150 ch qui offre le choix entre des boîtes à 6 rapports, mécanique ou DSG6. Le TDI 105 ch de base et boîte mécanique 5 rapports affiche sur le papier 3,8 l/100 km et passe sous la barre des 100 g/km de CO2.

Tous ces chiffres sont peut-être réconfortants, mais l'essentiel est aussi de pouvoir encore goûter du plaisir au volant d'une voiture. Et la Golf en apporte son lot, à commencer par un excellent confort de suspension composé à l'avant par un essieu McPherson, tandis qu'à arrière un nouveau train à bras tirés a été conçu, particulièrement léger, pour les petites motorisations, alors que les autre conservent un essieu multibras.

 

Un maximum de systèmes de sécurité

volkswagen-golf-6Sur la route, la nouvelle Golf démontre un comportement routier encore amélioré du fait de la baisse de son centre de gravité et de son poids, mais aussi grâce à une direction à assistance électrique plus réactive. Évidemment, comme d'habitude, l'essence se montre plus plaisant à conduire que le Diesel, surtout lorsqu'il est possible de jouer avec la Golf dans des lacets montagneux. La démonstration a pu en être faite sur les routes de Sardaigne aux volants des 140 ch TSI et 150 ch TDI (2.400 € d'écart). Le couple du Diesel rend la conduite de la Golf plus brutale à bas régime et inutile d'aller chercher la zone rouge à 5.000 tr/mn, le moteur s'essouffle au dessus de 4.000 tr/mn, alors qu'avec l'essence la montée en régime constante jusqu'à 6.500 tr/mn est un plaisir et la voiture se montre plus agile. Sa sonorité est plus engageante et de toute façon moins présente dans l'habitacle. Quant au freinage, rien à dire sinon qu'il se révèle très efficace. Un mot pour dire que le frein de stationnement est électrique et parmi tous les systèmes modernes concernant l'aide à la conduite, la Golf est à même de proposer le régulateur de vitesse adaptatif et freinage d'urgence en ville, l'alerte de franchissement de ligne, le détecteur de fatigue et l'aide au stationnement automatique... Mais pas de roue de secours dans le coffre. La roue galette est en option à 100 € !

J'ai apprécié

J'ai regretté

 

Le style indémodable

Le comportement routier

La qualité de finition

Les consommations

Les boîtes DSG

Beaucoup d'équipements

Les tarifs inchangés

 

 

Le style toujours semblable

Le bruit du Diesel en régime

L'emplacement de l'écran GPS

Pas de roue de secours

La roue galette en option à 100 €

 

Fiche Technique

Longueur : 4,25 m

Largeur : 1,79 m

Hauteur : 1,45 m

Empattement : 2,64 m

Coffre : de 380 à 1.270 litres

Réservoir : 50 litres

Poids : 1.130 kg à 1.374 kg