Home Actualités Fin de la Volvo 240... 20 ans déjà !
Le 28 avril 2013

Il y aura 20 ans, le 5 mai prochain, que fut arrêté le modèle alors le plus vendu de Volvo, la série 240. Près de 2,9 millions de voitures furent produites durant les 19 ans de carrière de la 240. Une voiture critiquée pour ses lignes taillées à la serpe mais qui, au cours de son existence réussit à devenir une référence internationale en termes à la fois de sécurité et d'environnement, à remporter le Championnat européen des voitures de tourisme, et à accéder au rang de voiture culte des yuppies.

volvo-244

La Volvo 240 fut lancée en août 1974 comme le prolongement de la série 140, en bénéficiant d'un ensemble d'innovations et de solutions techniques inédites dans de nombreux domaines. À l'issue d'une longue série de crash-tests réalisés par l'agence fédérale américaine de sécurité routière, il apparut clairement que la berline Volvo 244 offrait de loin le meilleur niveau de protection des occupants. Les résultats furent mis à profit pour constituer la future réglementation américaine relative à la sécurité pour tous les véhicules devant être commercialisés sur le marché américain. La 240 fut également commercialisée dans une version plus luxueuse, équipée d'un moteur 6 cylindres, la 260, et sous forme de break baptisé 245, le plat de résistance de Volvo, devenu synonyme de concept même de voiture familiale ou de break en général.

Le break le plus rapide du monde

volvo-242-groupe-a

La Volvo 240 fut développée et améliorée en permanence tout au long de son existence. La réputation de voiture rébarbative fut soigneusement effacée lorsque la Volvo 245 se révéla le break le plus rapide du monde et que la « brique volante », en passe de devenir championne de Groupe A, fit une bouchée de ses concurrentes sur les circuits automobiles européens.

En fin de vie, la 240 n'était plus proposée qu'en break 5-portes mais connut une vraie renaissance en devenant soudain la voiture à posséder parmi ces nombreux Européens baptisés « yuppies », terme anglophone des années 80, acronyme de Young Urban Professionals, définissant les jeunes cadres et ingénieurs de haut niveau, ambitieux et cyniques, obnubilés par l'argent et la réussite.