Home Actualités Ministres et élus responsables de la baisse du marché auto !
Le 20 avril 2013

Le marché automobile français risque de baisser de 5 à 10% cette année en France, a estimé Philippe Varin, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, à la veille de l'ouverture du Salon de l'automobile de Shanghai. La faute à qui ? Aux élus et à nos ministres bien sûr ! Explications par Philippe Lacroix.

renault-4l-1

François Fillon, ex premier ministre, déclare ne posséder qu'une Peugeot 205, forcément vieille, tandis que Cécile Duflot, ministre actuelle du gouvernement, mais aussi écologiste radicale, roule en Renault 4L hors d'âge. Bonjour les émissions de CO2 et NOx, et comme donneurs d'exemples de civilité, ils peuvent repasser, eux et leurs amis qui s'affichent dans le même cas de figure de pauvreté. Ils n'ont sans doute pas pu profiter des nombreuses primes à la casse de l'État qu'ils ont orchestrées pour changer de voiture faute de ressources suffisantes... Pour rappel, François Fillon jusqu'à l'année dernière touchait un salaire mensuel de 21.300 € et un ministre à l'heure actuelle émarge entre 10.000 € et 12.000 €.

Mais ce qu'il faut savoir, c'est que tout ces gens-là bénéficient d'avantages en nature extravagants dont celui d'utiliser des voitures de fonctions haut de gamme et récentes avec chauffeurs. Ils font donc l'économie sur leurs « maigres émoluments » de l'achat d'une automobile.

Tous pourris... comme leurs voitures ?

peugeot-205

Et ils sont des milliers en France à bénéficier du « système » et vivre sur le dos des contribuables et des smicards qu'ils encouragent à consommer et à s'endetter pour faire tourner le commerce automobile entre autres. Le bon sens populaire dit : « En réduisant l'utilisation des voitures de fonction, cela provoquerait une symbolique relance du marché automobile... et une baisse sensible des dépenses de l'État. »

Pour supplément d'informations, députés et sénateurs gagnent entre 13.500 € et 16.000 €, et avec le jeu des cumuls des mandats profitent pour beaucoup de carrosses princiers avec chauffeurs.

Conclusion, avec de tels salaires, ils se disent presque pauvres pour la plupart. Donc, ils ne savent pas gérer leur propre argent. Pourquoi sauraient-ils alors gérer nos villes, nos régions, la France notre patrimoine ? La réponse, c'est la crise...